Le Glacier du Grand Méan (2860m), un petit air de Patagonie et d’Islande

Le Glacier du Grand Méan. Il y a longtemps que je rêvais de faire cette randonnée et c’est suite à un reportage TV aux infos de TF1 que je me suis décidé à le faire cette année. Et franchement, je regrette de ne pas avoir découvert cet endroit avant. Je ne connais ni la Patagonie, ni l’Islande, mais force est de constater que ces paysages de Haute Maurienne ressemblent à s’y méprendre à certains de ces décors de rêves.

Glacier du Grand Méan

Se rendre au point de départ de la randonnée vers le Glacier du Grand Méan

Se rendre au Glacier du Grand Méan se mérite. Et ceci commence à partir du moment où il faut rejoindre le départ de la randonnée. Pour se faire, il faut se rendre au fin fond de la Haute-Maurienne. Rejoindre Bonneval-sur-Arc puis ensuite le hameau de l’Ecot où il faudra se garer et commencer la balade.

Glacier du Grand Méan

Les informations essentielles

  • Niveau de difficulté : on est là en haute montagne avec tout ce que cela implique. Altitude, conditions météo changeantes, etc. Ce qui font que cette randonnée n’est pas accessible à tout le monde. Il faut s’entraîner et être bien chaussé. A part 2 passages délicats dans les Gorges de la Reculaz, pas de difficultés techniques à signaler.
  • Altitude maximale : environ 2900m juste avant d’arriver au glacier
  • Dénivelé : environ 950 mètres
  • Distance : A/R, environ 20 km (j’ai beaucoup tourné autour du glacier)
  • Temps de parcours : Il faut compter normalement, environ 3h10 pour rejoindre le Glacier. Comptez environ 2h30 pour la descente. Quand au temps sur place, il ne dépendra que de vous… Pour ma part, je suis resté là haut au moins 2 heures !!
  • Carte IGN : TOP 25-3633 ET « Tignes-Val d’Isère – Haute Maurienne »

Glacier du Grand Méan

Choix de l’itinéraire

Une fois au parking de l’Ecot, vous verrez que vous avez deux options pour rejoindre le Plan des Évettes, première étape de votre randonnée. Vous pouvez monter par les Gorges de la Reculaz ou par le Col des Évettes via le GR du Grand Tour de Haute-Maurienne. J’ai choisi de monter par le GR et de redescendre par les Gorges de la Reculaz, mais vous pouvez très bien faire l’inverse. Je vous en dirai plus par la suite, mais je n’ai vraiment pas aimé la variante par les gorges…

Gorges de la Reculaz

Vers le Plan des Évettes (2500m)

Depuis le parking, le sentier part sur la droite et est donné pour 1h35 jusqu’au Refuge des Évettes. Le sentier est sans difficulté. Il faut cependant bien rester sur le chemin principal, car on se rend compte qu’une multitude de sentiers partent un peu dans tous les sens.

Vers le Refuge des Evettes

J’ai du marcher un peu plus vite car je l’ai atteint en 1 heure à peine. Ce refuge n’est pas le plus beau que j’ai pu voir, mais il offre un panorama magnifique et rarement vu jusque-là. Des glaciers suspendus, des petits lacs, un ruisseau aux eaux laiteuses presque turquoises, une vaste plaine herbeuse, c’est magnifique.

Plan des Evettes

Du refuge, il faut redescendre et laisser sur la gauche le sentier des Gorges de la Reculaz que j’ai emprunté au retour. J’ai rejoint une petite curiosité locale, un superbe pont romain sous lequel s’écoulent ces fameuses eaux turquoises.

Pont Romain

Il faut traverser le pont puis longer la paroi rocheuse sur quelques mètres jusqu’à arriver à un panneau indiquant le Lac du Grand Méan.

vers le Glacier du Grand Méan

La montée vers le Glacier du Grand Méan (2860m)

Une fois le panneau franchi, prendre sur la gauche et gravir le pan rocheux. Je vous conseille d’être assez vigilant car le sentier n’est pas toujours très marqué et il faut se repérer aux nombreux cairns qui jalonnent le parcours pour trouver votre chemin. C’est d’autant plus vrai que si comme moi, vous faites la randonnée de très bonne heure, vous aurez le soleil en plein visage, ce qui ne facilitera pas vos repérages. Ce sentier est un superbe belvédère sur le Cirque des Évettes situé en contrebas.

Cirque des Evettes

Le sentier vous mènera jusqu’au pied du Mont Séti, grande pyramide qui domine le lac et le glacier.

Mont Séti

Une fois là-haut, attention aux décollements de rétine !!

Glacier du Grand Méan

Pour ma part, j’en suis resté bouche bée !!! Je n’ai pas souvenirs d’avoir vu un paysage aussi beau !! Pour preuve, j’ai du rester au moins 2 heures sur le site !! Si vous souhaitez rejoindre le pied du glacier, je vous conseille de le faire rive gauche. Depuis la rive droite, vous pourrez vous en approcher, mais pas autant.

Glacier du Grand Méan

J’ai même, avec vigilance, progresser un peu sur le glacier, c’était très impressionnant.

Glacier du Grand Méan

Et comme si le paysage ne se suffisait pas, je suis tombé sur une harde de bouquetins qui ont également contribué à faire que je reste là-haut assez longtemps…

Bouquetins

Jusqu’au Pont Romain, la descente se fera par le même itinéraire qu’à l’aller.

Pont Romain

Descente par les Gorges de la Reculaz

Autant vous le dire tout de suite, je n’ai pas apprécié ce sentier… Etant habitué aux vias ferratas, les deux passages cablés ne sont pas mis en cause. Il faut en effet redescendre une brèche via deux passages munis de câbles. Il n’y a rien d’insurmontable mais c’est quand même à réserver aux personnes aguerries et pas sujettes au vertige.

Gorges de la Reculaz

Toujours si vous n’êtes pas sujet au vertige, vous pourrez vous approcher (avec une grande prudence) des falaises pour profiter des vues sur les eaux tumultueuses de la chute d’eau.

Gorges de la Reculaz

Pour le reste, j’ai trouvé ce sentier très monotone et ennuyeux. D’abord, vous ne verrez le ruisseau que si vous osez vous approcher des bords abruptes.

Gorges de la Reculaz

Ensuite le sentier est là encore pas toujours évident à trouver. Et enfin, il est très accidenté et réservé selon moi à un public entraîné et bien chaussé. Je vous déconseille fortement de vous engager ici avec de jeunes enfants ou si vous n’êtes pas randonneur avec un minimum d’entraînement. J’ai trouvé ce chemin retour interminable et peu agréable.

Conclusion

Je trouve qu’il est triste aujourd’hui de s’émerveiller des conséquences du réchauffement climatique… En effet, j’ai lu qu’en 60 ans, le Glacier du Grand Méan avait reculé de plus de 500 mètres… Ce qui veut dire que ce lac n’existait pas il y a 60 ans et que le glacier avançait jusqu’à son verrou glaciaire. Et que par conséquent ce paysage magnifique n’existait pas en l’état… C’est donc toujours un peu compliqué de s’extasier devant de tels décors, même si je dois bien avouer que j’en ai pris plein les yeux !!!

Glacier du Grand Méan

6 réflexions au sujet de “Le Glacier du Grand Méan (2860m), un petit air de Patagonie et d’Islande”

Laisser un commentaire